DxO Photolab 5

Les Fiches Mémo Photo
DxO Photolab 5

DxO Photolab 5 est la dernière version du principal logiciel de retouche photo de DxO. C’est un programme d’édition d’images spécialisé dans les corrections d’objectifs, les technologies avancées de traitement RAW et il possède d’autres excellentes fonctions d’édition.

Nous allons voir si les améliorations apportées en valent le coût et s’il est à la hauteur de ses concurrents.

DxO PhotoLab a débuté sous le nom de DxO Optics Pro, mais s’est transformé en DxO PhotoLab lorsque DxO a acquis la collection Google Nik et ses outils de réglage local. Alors qu’Optics Pro était simplement un outil de traitement des RAW et de correction des objectifs, PhotoLab ajoute des ajustements locaux pour devenir un outil de retouche photo beaucoup plus puissant.

La bibliothèque de photos de DxO PhotoLab 5

L’interface de PhotoLab se compose de deux parties. La fenêtre de la photothèque est l’endroit où vous parcourez et organisez vos photos — bien que les outils d’organisation soient assez basiques par rapport à ceux de Lightroom ou Capture One, vous pouvez parcourir les dossiers de votre ordinateur, et créer des « projets » (l’équivalent des « albums » chez la concurrence).

Vous pouvez également rechercher des images dans des dossiers « index », c’est-à-dire des dossiers que vous avez visités dans PhotoLab ou ajoutés pour une indexation manuelle. Vous pouvez trouver des images en fonction de mots-clés ou d’informations sur la prise de vue, comme la longueur focale de l’objectif ou le réglage ISO.

PhotoLab 5 reste un outil de navigation plutôt qu’une base de données de catalogage d’images, mais c’est une approche plus simple qui peut convenir à certains photographes. En outre, la version 5 prend en charge les métadonnées IPTC (un format standard de l’industrie pour l’ajout d’informations sur les images) et les mots-clés, ce qui devrait faciliter la recherche d’images spécifiques.

La fenêtre PhotoLibary de PhotoLab est suffisamment efficace pour parcourir vos photos lorsque vous savez où les trouver, mais elle n’est pas au même niveau que Lightroom, Capture One ou Exposure X pour le catalogage et la recherche d’images.

Les outils d’édition de DxO PhotoLab 5

DxO PhotoLab fonctionne sur deux niveaux.

1 — Il applique automatiquement les corrections d’objectif et les réglages de traitement par défaut dès que vous naviguez dans un dossier rempli de fichiers RAW. (Il peut également être utilisé pour modifier et améliorer les JPEG, mais il perd ici tout avantage réel par rapport aux logiciels concurrents). Immédiatement, sans que vous ayez besoin de savoir ou de faire quoi que ce soit, il améliorera le rendu de vos fichiers RAW.

dxo-pure-raw-2

Note : si c’est tout ce dont vous avez besoin, leur outil « DxO PureRAW » existe en application seule et est plus simple et moins cher.

Tout cela se fait automatiquement. Si le logiciel ne dispose pas déjà d’un profil pour cette combinaison d’appareil photo et d’objectif, il vous proposera d’en télécharger un — ce processus ne prend que quelques instants. Il est rare de trouver une combinaison d’appareil photo et d’objectif que PhotoLab ne prend pas en charge, bien que les nouveaux appareils et objectifs puissent ne pas apparaître immédiatement dans la liste.

dxo-photolab-5-modules-optiques

Les corrections d’objectifs de DxO sont particulièrement impressionnantes. Nous sommes habitués à ce que les logiciels de retouche photo corrigent la distorsion, les aberrations chromatiques et le vignettage, mais DxO va plus loin et ses profils de correction — étudiés en laboratoire — font partie des meilleurs. Il va plus loin en corrigeant automatiquement la « mollesse » de l’objectif, et applique même une plus grande netteté vers les bords de l’image où un objectif a une faiblesse particulière dans la définition des bords.

Les corrections automatiques des objectifs ne sont qu’une partie du traitement d’image par défaut de PhotoLab. L’autre partie est le réglage d’exposition Smart Lighting. Il permet de récupérer les détails des hautes lumières et des ombres dans un fichier RAW afin de produire une image plus équilibrée avec une plus grande plage dynamique.

Les corrections automatiques et les préréglages sont très bien, mais la véritable force de PhotoLab 5 réside dans ses réglages manuels, et c’est là que les choses deviennent plus techniques. Si vous êtes familier d’autres éditeurs d’images comme Photoshop, Capture One ou Affinity Photo, vous n’aurez pas trop de mal, mais PhotoLab n’est pas le meilleur outil pour les débutants.

À LIRE : Luminar, l’éditeur qui retouche vos photos par IA.

Les versions précédentes de PhotoLab présentaient une restriction importante : elles ne fonctionnaient pas avec les fichiers RAW Fujifilm X-Trans. Dans PhotoLab 5, tout cela a changé ! Vous pouvez désormais éditer les fichiers RAW Fujifilm comme les autres — bien que la prise en charge de X-Trans soit encore en mode « bêta » et ne prenne pas encore en charge toutes les fonctionnalités.

Tous les réglages de PhotoLab sont non destructifs. Votre photo originale n’est jamais modifiée, même s’il s’agit d’un JPEG plutôt que d’un fichier RAW. Vous pouvez annuler ou modifier les changements que vous avez effectués à tout moment, et vous pouvez même créer des « copies virtuelles » pour essayer différentes variations sur la même image.

Si vous décidez d’adopter un « look » différent, vous pouvez également parcourir les préréglages intégrés. Si vous souhaitez obtenir des préréglages et des looks analogiques, vous aurez besoin du module complémentaire DxO FilmPack 6, vendu séparément.

2 — C’est avec les commandes d’édition manuelle que PhotoLab révèle sa véritable puissance. Vous pouvez partir de zéro, ou choisir un préréglage comme point de départ, puis voir exactement comment cet effet a été obtenu — et ensuite le modifier ou créer le vôtre — en utilisant les palettes d’outils en expansion sur le côté droit de l’écran dans la fenêtre d’édition (« Personnaliser »).

Ces palettes modifient l’image de manière globale, avec des commandes pour l’exposition, le contraste, l’éclairage intelligent, la tonalité sélective, la balance des blancs, le redressement, le recadrage et bien plus encore. PhotoLab est une application d’édition de photos très puissante, avec tous les contrôles de couleur et de tonalité que vous attendez d’un outil d’édition d’images professionnel.

Il propose également des ajustements locaux, qui ont été considérablement améliorés dans PhotoLab 5. Ceux-ci peuvent être appliqués à l’aide d’un outil de filtre gradué, d’un outil de brosse manuelle et d’un outil de point de contrôle provenant de la collection Nik, ainsi que d’un tout nouvel outil de ligne de contrôle, qui demande un peu d’apprentissages, mais qui est essentiellement un gradient linéaire avec une pipette pour cibler des tons spécifiques.

En outre, vous pouvez désormais régler la sensibilité chroma (couleur) et de la luminance (luminosité) des points de contrôle et des lignes de contrôle afin de rendre le masquage automatique encore plus précis et sélectif.

Les ajustements locaux n’utilisent pas le même panneau d’outils que les ajustements globaux ordinaires. Au lieu de cela, ils affichent une fenêtre d’ajustement à côté, avec des onglets pour différents types d’ajustement et des curseurs pour effectuer ces ajustements — beaucoup d’entre eux sont les mêmes que ceux de la barre d’outils principale, en fait, juste affichés différemment. Il s’agit d’un système vraiment efficace, et les ajustements des points de contrôle de DxO offrent un processus combiné de masquage et d’ajustement qui est à la fois plus intuitif et plus rapide à utiliser que les outils des programmes concurrents.

Un panneau dans la barre latérale affiche tous les ajustements locaux que vous avez appliqués, ce qui vous permet de revenir en arrière à tout moment pour les sélectionner et les modifier. Vous pouvez même les nommer pour faciliter leur identification ultérieure.

Les versions et modules complémentaires de DxO

Il y a une chose dont il faut être conscient. PhotoLab existe en deux versions, et si l’édition Essential est un bon moyen de commencer quand on a un petit budget, il vous faudra l’édition Élite, pour bénéficier de la gamme complète d’outils, comprenant « DeepPRIME » et « ClearView Plus ». Il en va de même pour le module complémentaire DxO ViewPoint pour les corrections de perspective. Un outil excellent, mais en supplément… Ce dernier peut fonctionner en tant que programme autonome, mais s’intègre aussi parfaitement à DxO PhotoLab une fois installé pour offrir ces corrections de perspective directement dans l’interface de PhotoLab.

Le module complémentaire FilmPack 6, offre quant à lui une large gamme d’effets de film de style analogique, dont beaucoup sont adaptés à l’aspect des films classiques en noir et blanc et en couleur. Là encore, il peut être acheté et utilisé indépendamment, mais il s’intègre également à PhotoLab de sorte que vous pouvez obtenir ces effets sans quitter la fenêtre du programme.

dxo-photolab-5-prix

En somme, bien que PhotoLab Essential soit une porte d’entrée dans le monde DxO, il faut débourser un (beaucoup) plus pour bénéficier de l’expérience et des outils complets.

Les nouveautés de DxO PhotoLab 5

PhotoLab 5 présente trois nouveautés majeures :

  • Prise en charge des fichiers Fujifilm X-Trans (bêta)
  • Outils d’ajustements locaux améliorés
  • Prise en charge des métadonnées IPTC et des mots-clés

La prise en charge des fichiers X-Trans est sans doute la plus importante, et bien qu’elle ne prenne pas encore en charge l’ensemble des réglages, elle peut suffire à convaincre les fans de Fujifilm, d’au moins essayer le logiciel. Même sans la réduction de bruit DeepPRIME, les résultats du traitement X-Trans de DxO égalent ou dépassent facilement ceux des programmes concurrents.

Concernant les outils de réglages locaux améliorés, une fois que vous avez compris ce que fait le nouvel outil de ligne de contrôle (l’indice n’est pas dans le nom), il est en fait très efficace, et les curseurs de chroma et de luminance pour les points de contrôle sont vraiment utiles. La technologie des points de contrôle de DxO mérite d’être saluée pour son approche rapide, efficace et subtile des ajustements locaux.

La prise en charge des métadonnées IPTC et des mots-clés pourrait également s’avérer très utile, même si, à mon avis, utiliser PhotoLab comme bibliothèque principale, mais pas l’idéale.

Pour tous ceux qui utilisent une version antérieure de PhotoLab et qui ont sauté la version 4 avant celle-ci, voici ce qu’elle comprenait :

  • Une réduction du bruit DeepPRIME à la fois plus rapide et plus efficace que PRIME
  • Une interface redessinée avec des panneaux d’outils regroupés par objectif, par exemple exposition, couleur, géométrie. Cela permet d’atténuer un peu la complexité de PhotoLab.
  • Une palette d’historique avancée qui permet désormais de regrouper des ajustements, comme des préréglages, par exemple.
  • Un filigrane d’image puissant et complet

Résultats pour DxO PhotoLab 5

PhotoLab 5 peut à juste titre prétendre être l’un des meilleurs outils de traitement et d’édition RAW du marché. En effet, même si aujourd’hui presque tous les programmes d’édition de photos peuvent modifier et traiter les fichiers RAW et effectuer un travail correct, si l’on veut monter en qualité il n’y a que 3 principaux logiciels : Lightroom/Adobe Camera RAW (correct), Capture One (excellent) et DxO PhotoLab (excellent).

Note : on peut en compter un 4e avec Luminar, qui lui s’adresse plutôt aux débutants ou aux photographes qui souhaitent passer le moins de temps possible en postproduction, en offrant des outils automatiques par IA.

Ce qui distingue vraiment PhotoLab 5, c’est son nouveau traitement DeepPRIME. Il ne se contente pas de lisser le bruit, mais préserve les détails, la richesse des couleurs et la gamme tonale de vos images. Il vous fera revisiter d’anciennes prises de vue à haute ISO que vous aviez écartées pour découvrir un nouveau niveau de qualité.

DeepPRIME présente cependant quelques inconvénients. Il s’agit d’un processus intensif dont les résultats ne peuvent pas être affichés en direct pendant l’édition, sauf dans une petite fenêtre de prévisualisation, et la seule façon de voir le résultat final est d’exporter un JPEG ou un TIFF traité. Cet export/traitement peut prendre jusqu’à une minute selon les performances de votre ordinateur, et vous devrez également payer le supplément pour l’édition PhotoLab Elite.

Même sans DeepPRIME, PhotoLab 5 est un excellent éditeur de RAW. Ses corrections automatiques d’objectif sont superbes, sa récupération des ombres et des hautes lumières est efficace (bien que parfois complexe lorsqu’elle est effectuée manuellement) et sa capacité à extraire la définition, la clarté et la netteté des appareils photo les plus ordinaires est tout à fait remarquable. Il n’a pas l’équivalent des nouveaux outils AI Sky et Sélection du sujet d’Adobe, ou du nouveau Pinceau magique de Capture One, mais tout le monde n’en a pas besoin.

  • Facilité d’utilisation
  • Fonctionnalités
  • Performances
  • Prix

Notre avis

PhotoLab 5 n’est pas pour tout le monde. Il peut être utilisé comme un outil de traitement RAW et de correction d’objectif entièrement automatisé, mais sa véritable force réside dans ses réglages étendus et puissants. Ceux-ci sont assez complexes et techniques, bien que l’interface mise à jour rende les choses plus simples. Malgré cela, ce programme est probablement mieux adapté aux perfectionnistes méticuleux qui sont obsédés par les détails et la qualité. Si vous aimez travailler de cette façon, je ne pense pas que PhotoLab vous décevra.

PhotoLab 5 n’est pas vraiment un rival de Lightroom ou de Capture One, même s’il y a des similitudes. Ces programmes sont plus adaptés à l’organisation d’images en masse, aux flux de travail professionnels rapides et parfois pressants et, dans le cas de Lightroom, à la synchronisation mobile « cloud ».

Tout dépend également de la façon dont vous vous sentez avec un logiciel particulier. La qualité des résultats est une chose, mais ce qui compte aussi, c’est de savoir si vous avez une « sensation » immédiate de la façon d’y parvenir. C’est pourquoi je vous conseille de télécharger la version d’essai et de passer un peu de temps dessus avant d’investir.

PhotoLab 5 représente une avancée significative pour les outils phares de DxO en matière de traitement RAW, de correction d’objectif, de réduction de bruit (DeepPrime) et de retouche d’images en général. Cependant, la plus grande nouvelle pour une grande partie de la communauté photographique est qu’il prend désormais en charge les fichiers RAW X-Trans de Fujifilm ! PhotoLab 5 n’est pas vraiment destiné aux débutants et son prix est assez élevé — surtout si l’on veut tous les outils — mais en termes de résultats, vous en avez pour votre argent.

MOYENNE
4

Pour

  • Excellentes corrections d’objectifs
  • Superbe traitement des fichiers RAW
  • La réduction du bruit DeepPRIME
  • Prise en charge des fichiers Fujifilm X-Trans.

Contre

  • La version Élite et les modules complémentaires font grimper le prix.
  • Outils d’organisation/navigation des images améliorées toujours basiques.

Verdict

Pour

  • Excellentes corrections d’objectifs
  • Superbe traitement des fichiers RAW
  • La réduction du bruit DeepPRIME
  • Prise en charge des fichiers Fujifilm X-Trans.

Contre

  • La version Élite et les modules complémentaires font grimper le prix.
  • Outils d’organisation/navigation des images améliorées toujours basiques.
Partager sur :