NFT et Photographie

Les Fiches Mémo Photo

On ne sait pas aujourd’hui si les photographes pourront bientôt s’assurer des revenus réguliers en associant leurs images numériques à des NFTs (Non-fungible Tokens), mais cela semble assez probable : photographie et NFTs pourraient désormais être étroitement liés.

Un exemple majeur confirme cette évolution prochaine du marché de l’art dans son lien avec les images numériques : l’œuvre « EVERYDAYS : THE FIRST 5000 DAYS », de l’artiste numérique Mike Winkelmann (alias Beeple) a été vendue aux enchères chez Christie’s pour la somme faramineuse de 69 millions de dollars (en réalité elle a été payée 42 329 453 Ether, une cryptomonnaie).

Dans cette image de 21 069 par 21 069 pixels, qui aurait mesuré 70×70 pouces si elle avait été imprimée à 300 dpi, Winkelmann combine 5 000 dessins, photographies et images numériques, réalisant ainsi le collage le plus cher de l’histoire de l’art et l’œuvre d’art la plus chère pour un artiste vivant. Coïncidence ou non, Mike Winkelmann porte (presque) le même nom que Johann Joachim Winckelmann (1717-1768), un archéologue, antiquaire et historien de l’art prussien, qui a écrit dans son Traité sur la faculté de sentir le beau (1763) que « la beauté doit être conçue, pour être comprise, en une idée générale », comme dans un collage.

Combien de NFT vaut votre photographie ?

Nous admettons que l’œuvre de Winkelmann ne peut être conçue comme une véritable photographie, mais elle partage avec la photographie le même format : l’image numérique. Cependant, des exemples très récents peuvent montrer qu’il est tout à fait possible de monétiser des photographies grâce aux NFT. Le projet boombox du photographe Lyle Owerko a monétisé une longue série de photographies de « Ghetto blasters » grâce aux NFT. De même, le photographe Bryan Minear a mis 10 minutes pour vendre 5 photographies de paysages à des prix abordables, entre 200 et 2 500 dollars. Enfin, la photographe de mode Kate Woodman, a mis en vente sa photographie Always Coca Cola au prix de 1,25 ETH (Ethers), l’équivalent de 2325 $, le 4 mars. 3 jours plus tard, et après 15 reventes, l’image avait atteint un prix de 11,9 ETH, soit la somme importante de 22 000 $ (au moment de la vente).

Ainsi, la monétisation de photographies par le biais de NFTs est tout à fait probable aujourd’hui, la photographie et les NFTs semblent faire bon ménage. Pour comprendre comment monétiser des photographies, nous devons d’abord clarifier certains points : la blockchain, les NFTs (Non-fungible Tokens) et les Smart Contracts.

Qu’est-ce que la blockchain ?

La blockchain est un système informatique permettant de stocker et de partager des données. Elle est absolument transparente et totalement sécurisée. La blockchain fonctionne sur une structure décentralisée, tous les éléments du réseau en assurant le contrôle, au lieu d’un organe central. La blockchain est le fondement matériel et informatique de la finance décentralisée, le bitcoin en étant l’expression la plus célèbre.

Si historiquement la génération et la distribution de bitcoins a été l’objectif principal de la blockchain, aujourd’hui ses utilisations se multiplient. En effet, les entreprises et les gouvernements envisagent de tirer parti des possibilités d’authentification et de partage offertes par la blockchain. Le marché de l’art a trouvé, avec les NFT, le moyen de donner un nouveau type d’authenticité et de rareté aux œuvres numériques. Et avec cette rareté, de nouvelles possibilités de monétisation pour l’art numérique, y compris la photographie.

Exemples de blockchains

La blockchain la plus importante est peut-être le bitcoin. Elle a été créée en 2008 par Satoshi Nakamoto, une personne mystérieuse qui n’est jamais apparue en public et reste cachée sans que personne ne puisse la trouver. Un autre exemple de blockchain importante est l’Ethereum, qui fonctionne avec une cryptomonnaie appelée Ether (rappelez-vous, la cryptomonnaie utilisée pour acheter le collage de Mike Winkelmann).

Jetons non fongibles (NFT)

Les Bitcoins et les Ethers peuvent être échangés entre eux, ils sont associés à une quantité de « travail » algorithmique effectué par des mineurs d’ordinateurs du monde entier. Ces opérations algorithmiques, qui génèrent des Bitcoins et des Ethers (ETH), assurent la rareté de la cryptomonnaie et impliquent également une énorme consommation d’énergie électrique (mais c’est un autre sujet…).

Nous avons dit que les Bitcoins, comme les Ethers, sont interchangeables, comme la monnaie que nous connaissons : un dollar est un dollar, et tous les dollars se valent. On dit donc que les bitcoins et les Ethers, comme les dollars, sont fongibles : « faciles à échanger »

Ce n’est pas le cas des NFTs, ou Tokens non fongibles, qui ne peuvent pas être échangés entre eux : chaque NFT est unique. C’est ainsi qu’est née l’idée d’associer les NFT à des œuvres d’art, telles que des chansons, des dessins ou des photographies. Cela soulève la question suivante : Les NFT sont-ils le moyen pour les œuvres d’art numériques de retrouver leur « aura », qui s’est perdue avec la reproductibilité technique des images ? Il est encore trop tôt pour dire si la célèbre thèse du génial Walter Benjamin sera finalement réfutée par l’introduction des NFT…

Photographie et NFTs, sur le terrain

Un photographe peut associer un ou plusieurs NFT à une photographie, puis vendre ces NFT. Ce faisant, l’artiste ne perd pas les droits intellectuels sur l’œuvre. Phantasma est un réseau blockchain où des NFT sont associés à des œuvres d’art, dans un système qui se concentre sur les éléments vidéo, le dessin numérique et les applications pour smartphone. Le réseau Bitski, qui se rapproche de la photographie, a été le support de l’expérience réussie du photographe Bryan Minear, que nous avons évoquée plus haut.

Les contrats intelligents

La monétisation des photographies par les NFT est vraiment intéressante pour les photographes en raison de l’existence de contrats intelligents. Le concept de contrat intelligent a été théorisé pour la première fois par Nick Szabo en 1994, dans un article scientifique simplement intitulé « Smart contracts ». Aujourd’hui, la blockchain Ethereum est la plus utilisée pour déployer des smart contracts.

Caractéristiques des contrats intelligents

Un contrat intelligent est un accord entre plusieurs parties sous la forme d’un code informatique.

Ces contrats intelligents sont distribués et stockés dans une blockchain et ne peuvent pas être modifiés. Les contrats intelligents permettent aux transactions de se produire automatiquement sans l’intervention d’un tiers, ne dépendant donc de personne. Les transactions automatisées se produisent lorsqu’une ou plusieurs conditions du contrat sont remplies.

Pourquoi les contrats intelligents présentent-ils un intérêt particulier pour les artistes et les photographes ? Eh bien, c’est grâce aux smart contracts que les photographes peuvent gagner (automatiquement) une commission à chaque fois que leur photographie (associée aux NFT) est revendue. En cela, le marché de la crypto-art est bien plus avantageux que le marché de l’art traditionnel, qui a vu les œuvres d’art devenir extrêmement chères alors que les artistes qui les produisaient n’avaient pas les moyens de se nourrir tous les jours….

Comment vendre vos photographies avec des NFT ?

Inscrivez-vous sur une blockchain et acquérez des NFT pour vos photographies.

Des utilisateurs ont confirmé cette possibilité dans la blockchain Ethereum. Il faut toutefois noter que dans l’exemple présenté, les 5 exemplaires associés à la photographie d’un arbre cachant le soleil, images de 1400×1400 pixels, n’ont pas reçu une seule offre après 9 mois de création… Cela indique qu’il n’est pas si simple de vendre des photographies sur le marché de la crypto-art.

Une autre blockchain dit avoir du potentiel pour les photographes souhaitant associer des NFT à leurs photographies. Il s’agit de la blockchain Phantasma, dont les caractéristiques et le potentiel sont bien mis en évidence dans un échange sur le blog reddit. Selon cette conversation sur reddit, la blockchain Phantasma serait beaucoup moins chère que l’Ethereum, offrant aux photographes la possibilité d’acquérir des NFTs pour 40 cents l’unité, un prix qui peut être réduit lors de l’achat de grandes quantités. Par exemple, on paie 8 cents l’unité pour chaque NFT lorsqu’on en achète une centaine. Il s’agit de « Smart NFTs », qui comprennent également le smart contract, assurant la commission à l’éternité pour le photographe lors des transactions successives de la photographie sur le crypto marché de l’art.

Choisir son portefeuille (wallet)

Un point qui demande une attention particulière est de choisir le bon « wallet » en lien avec la blockchain. Il est très important que vous soyez le seul à avoir accès à votre wallet, pour des raisons évidentes de sécurité. Chaque plateforme blockchain vous proposera des solutions de porte-monnaie en fonction de vos besoins. Par exemple, sur Ethereum, certains portefeuilles vous permettent d’acheter des NFT avec votre carte de crédit, tandis que d’autres portefeuilles se connectent directement à votre compte bancaire. Certains portefeuilles vous demandent de télécharger un logiciel dédié, tandis que d’autres fonctionnent en ligne. Il est important de comprendre que les marchés de cryptomonnaies sont le territoire des hackers, la sécurité doit donc être une préoccupation majeure.

Offrir vos images sur les marchés cryptographiques

Les blockchains qui prennent en charge les NFT sont souvent associées à des places de marché qui servent à promouvoir et à échanger des photographies. Par exemple, une photographie authentifiée par des NFT en Ethereum peut être présentée et vendue sur la place de marché NFT Opensea, qui prétend être la plus grande place de marché pour les NFT. Les photographies associées à des NFT dans Phantasma pourront être vendues sur le marché NFTs Ghostmarket

D’autres places de marché sont disponibles, la plupart d’entre elles fonctionnant avec un portefeuille Ethereum. La place de marché SuperRare est gérée par des professionnels et peut être intéressante si vous êtes un photographe ayant déjà exposé ses œuvres et reçu des prix.

D’autres places de marché, comme Rarible (et OpenSea en fait), ne sont pas sélectionnées : tout le monde peut y télécharger des photos. Pour les places de marché non sélectionnées, il y aura le risque de voir votre photographie perdue parmi les nombreuses images disponibles sur la plateforme. Dans ce cas, vous aurez besoin d’une activité marketing intensive (via les réseaux sociaux par exemple). Vous pouvez également envisager d’organiser une exposition virtuelle ou même réelle afin de promouvoir votre travail, comme le suggère cet article.

Les NFT et la photographie, un marché de l’art prometteur

Nous ne pouvons pas fournir une méthode « toute faite » permettant aux photographes de gagner de l’argent en vendant leurs photographies avec des NFT, mais vous pouvez trouver facilement sur youTube des tuto qui vous expliqueront comment créer et vendre avec des NFT sur certaines plateformes.

Il ne serait pas judicieux de se prononcer en faveur d’un fournisseur spécifique du marché de la blockchain et/ou des cryptomonnaies, et cette recherche permet au moins d’identifier de manière générale les étapes à suivre : choisir sa blockchain (Ethereum ? Phantasma ?), bien choisir son portefeuille, et choisir un crypto-marché pour son art. Les autres choix à faire sont ceux que les photographes font à chaque fois qu’ils mettent leurs tirages en vente : prix de chaque tirage, nombre de tirages pour chaque image.

Si la photographie et les NFT s’avèrent être un moyen pour les photographes de vendre facilement leurs meilleures photographies, alors nous sommes en droit de voir l’avenir avec optimisme. En effet, ce serait la fin des commissions coûteuses pour les galeries, et des revenus assurés pour les photographes lors de toutes les transactions de revente de leurs images.

Pour en savoir plus sur les cryptomonnaies et la BlockChain, vous pouvez visiter le site BlockInfos.

Source : https://aestheticsofphotography.com/nfts-and-photography

LES FICHES MÉMO PHOTO

Apprenez n’importe où, mais pas n’importe comment !

Les fiches mémo sont nées de notre envie d’aider le plus grand nombre à apprendre efficacement la photo. Pour cela, nous avons imaginé la solution parfaite : de belles fiches, détaillées et illustrées, qui invitent tout un chacun à débuter ou à approfondir son apprentissage de la photo.

Partager sur :