Jours
Heures
Minutes
Secondes

OFFRES DE NOËL : Jusqu'à -80% sur les Fiches Mémo Photo

Apprenez la photo avec les FICHES MÉMO PHOTO : 60 fiches pratiques à emporter partout !

Révélez le photographe qui est en vous !

La-photographie-animaliere

Photographie animalière : 10 conseils essentiels pour les débutants

Vous débutez dans le monde de la photographie animalière ? C’est un domaine de la photographie qui peut être intimidant pour les débutants. Les photographes d’animaux sauvages sont des personnes solitaires, qui passent la plupart de leur temps derrière l’appareil photo, seuls… à observer et à attendre le moment parfait. En tant que débutant en photographie animalière, il peut être difficile de savoir vers qui se tourner et comment développer au mieux ses compétences dès le départ.
Table des matières

Ces conseils pour les débutants en photographie animalière portent sur les principaux éléments que vous devrez maîtriser et comprendre afin d’acquérir les meilleures bases pour devenir un photographe animalier. Réfléchissez à l’impact que chacun de ces éléments pourrait avoir sur votre photographie, ou si vous avez pensé à chacun de ces facteurs lors de votre dernière prise de vue.

Comment se lancer dans la photographie animalière ?

Se lancer dans la photographie d’animaux sauvages pour les débutants peut sembler un objectif inaccessible. Pour beaucoup, il s’agit d’un rêve dont on parle souvent, mais que l’on ne poursuit pas sérieusement.

Savoir par où commencer peut être l’un des plus grands obstacles pour les débutants, mais de nombreuses opportunités peuvent se présenter si vous savez les reconnaitre.

Pour mériter le titre de photographe animalier, il n’est pas nécessaire d’avoir un portfolio d’ours polaires à son actif. La photographie animalière peut commencer à la maison, en capturant des images d’oiseaux dans votre jardin.

« Mais je n’ai pas de jardin ! Je vous entends, depuis votre appartement en ville. Même si vous vivez dans la « jungle de béton », il existe une faune urbaine !

Voici quelques-unes des principales choses à savoir lorsque vous vous lancez dans la photographie animalière. Ce sont des choses que j’aurais aimé connaître lorsque j’ai commencé, et j’espère qu’elles vous aideront également.

Apprendre à gérer les situations de faible luminosité

De nombreux animaux sauvages sont principalement actifs à l’aube et au crépuscule. Naturellement, à ces moments de la journée, il y a moins de lumière disponible, ce qui signifie qu’il peut être difficile de maintenir une vitesse d’obturation suffisamment élevée pour éliminer le flou dans vos prises de vue.

De plus, les animaux ont tendance à ne pas se tenir à découvert. Vous vous retrouverez probablement à photographier à l’ombre ou sous des arbres, ce qui signifie qu’il y a encore moins de lumière disponible.

C’est le plus grand obstacle que j’ai dû apprendre à surmonter lorsque j’ai commencé à photographier des animaux sauvages. Il peut être incroyablement frustrant de prendre une multitude d’images, après avoir attendu des heures, pour se rendre compte qu’elles sont gâchées par le flou de mouvement parce que la vitesse d’obturation était insuffisante.

La sensibilité ISO est un paramètre avec lequel vous vous familiariserez en tant que photographe animalier, et vous vous retrouverez probablement à l’ajuster constamment lorsque la lumière sera de plus en plus faible. Une valeur ISO plus élevée signifie que le capteur de votre appareil photo est plus sensible à la lumière, mais vous introduirez plus de bruit numérique dans votre photo.

Rappelez-vous : la vitesse ISO doit être aussi élevée que nécessaire, mais aussi basse que possible.

Les appareils photo n’ont pas tous les mêmes capacités en matière de vitesse ISO. Les appareils plus coûteux auront tendance à produire moins de bruit numérique à des valeurs ISO plus élevées, mais expérimentez et apprenez à connaître les limites de votre appareil photo afin de savoir quand vos photos deviendront inutilisables.

En savoir plus : Choisir la sensibilité ISO optimale

À lire : DxO PureRAW 3 : Comment supprimer le bruit de vos images

Si votre sensibilité ISO est au maximum, vous pouvez réduire votre vitesse d’obturation. Dans l’idéal, la vitesse d’obturation devrait être supérieure de 1/la longueur focale de l’objectif. Par exemple : si vous photographiez à 400 mm, vous devrez utiliser une vitesse d’obturation d’au moins 1/400 e pour éviter tout risque de flou de bougé.

Mais les conditions ne s’y prêtent pas toujours… Si votre objectif est doté d’un système de stabilisation d’image, vous devrez probablement l’activer, ce qui devrait vous faire gagner quelques STOPs.

J’avais l’habitude de photographier avec un Nikon D80, un appareil photo dont la gestion de l’ISO était très médiocre. En fait, je ne pouvais pas aller plus haut que 400 ISO. À partir de 800 ISO, le bruit devenait incroyablement élevé.

Malgré cela, je parvenais à prendre des photos dans des conditions de faible luminosité. Une astuce que j’utilisais consistait à prendre des photos à une vitesse d’obturation d’environ 1/30 e de seconde tout en utilisant un trépied. Je maintenais l’obturateur enfoncé et prenais une dizaine d’images de la même chose (bien sûr, il s’agissait alors d’un animal immobile).

Souvent, au moins une de ces images était nette, car j’avais saisi le moment où le sujet restait parfaitement immobile. Tout est devenu une question de timing, de prise de vue parfaite.

Pour en savoir plus : Comment réaliser des portraits percutants de la faune sauvage

Comprendre ce qui fait la netteté d’une photo

De nombreux facteurs contribuent à la netteté d’une photo. Il ne s’agit pas seulement de savoir si la mise au point est correcte ou non, même si cela joue bien sûr un rôle important.

La compréhension de tous les éléments qui contribuent à la netteté d’une image contribuera grandement à rendre vos images plus nettes.

Voici quelques-uns des facteurs qui peuvent nuire à la netteté de vos images :

  • La qualité de l’objectif
  • La diffraction (utilisation d’une ouverture trop petite, c’est-à-dire d’un nombre f très élevé)
  • Une vitesse d’obturation trop lente
  • L’utilisation du mauvais mode de mise au point

Cette liste est loin d’être exhaustive, et nous avons rédigé un certain nombre de tutoriels sur chaque élément dont vous devez tenir compte, alors jetez un coup d’œil aux articles suivants :

Faites des recherches sur votre sujet

C’est une chose que les photographes recommandent toujours dans les magazines, et je crains que ce soit le conseil le plus négligé de tous les conseils de photographie animalière parce qu’il demande du temps et de l’engagement.

Cependant, se lancer dans une situation et essayer aveuglément de trouver, de prévoir et de capturer un animal à l’aide d’un appareil photo risque de donner des résultats médiocres si vous ne savez rien sur le sujet.

Vous pouvez apprendre beaucoup de choses sur le terrain en observant simplement un animal, mais je vous recommande de vous documenter en ligne sur le comportement de certaines espèces ou familles d’animaux.

Par exemple, un oiseau qui s’apprête à prendre son envol se penche légèrement vers l’avant sur son perchoir. C’est le signe qu’il faut être prêt à agir.

Ce n’est pas toujours le cas, mais cela signifie souvent que l’oiseau va s’envoler. C’est un comportement courant, mais il y en a beaucoup d’autres dont il faut se méfier en fonction de ce que l’on photographie.

Les choses que vous apprenez ne s’appliquent pas qu’à un seul animal. Ayant passé du temps à observer d’innombrables animaux différents, je sais que les oiseaux se secouent souvent après avoir nettoyé leur plumage pour remettre toutes leurs plumes en place.

Vous n’avez pas toujours besoin de plus de zoom

L’une des plus grandes frustrations des débutants dans le monde de la photographie animalière est qu’ils n’arrivent pas à s’approcher suffisamment près. Ce n’est pas forcément ce que vous devez faire à chaque fois que vous pointez votre appareil photo sur un animal.

Remplir le cadre est une bonne chose, cela vous permet de capturer tous les détails d’un animal. Mais avez-vous envisagé de prendre des photos beaucoup plus larges ?

Si vous ne pouvez pas vous approcher d’un animal pour une raison quelconque, tirez le meilleur parti d’une « mauvaise » situation et optez pour une prise de vue qui intègre l’environnement.

Il se peut même que vous deveniez un peu accro à ce style minimaliste, en gardant l’animal plus petit dans le cadre que vous ne l’auriez imaginé de prime abord. Résultat ? Vous vous retrouverez à chercher des objectifs plus larges que votre plus gros téléobjectif, ce qui vous donnera l’occasion de photographier quelque chose de différent.

Développez vos compétences de terrain

Les débutants en photographie animalière ont tendance à manquer de compétences en la matière. Après tout, cela vient avec l’expérience. La technique de terrain décrit votre capacité à travailler efficacement dans la nature, en réduisant vos perturbations et en améliorant votre connaissance de la situation.

Plus vous serez habile sur le terrain, plus vous trouverez d’animaux — et moins vous en ferez fuire !

Faites de l’éthique un élément essentiel de votre travail

Avoir un bon code éthique est primordial pour tout photographe, et en tant que débutant, il est important de faire de l’approche éthique de la photographie animalière un fondement de votre travail.

Il n’est jamais acceptable de déranger et de perturber les animaux dans le seul but de prendre une photo, et de toute façon, cela donne rarement de bons résultats.

Il est essentiel de faire les choses correctement, en tenant compte des animaux avec lesquels vous travaillez.

Cela est également lié à une bonne connaissance du terrain. Si vous dérangez accidentellement un animal dans le cadre de votre travail, ne vous en voulez pas. Tant que vous reconnaissez la perturbation, que vous reculez et que vous adaptez votre approche la prochaine fois, vous avez fait tout ce que vous pouviez.

Travailler votre réseau

Développer un réseau de personnes dans votre région est essentiel pour trouver des animaux sauvages. Si vous montrez que vous êtes passionné par la photographie d’animaux sauvages et que vous vous souciez de l’environnement, vous constaterez que les gens sont plus qu’heureux de partager leurs observations avec vous.

Selon le pays dans lequel vous voulez photographier, vous pouvez avoir besoin d’une autorisation pour accéder à différentes zones.

Ce réseau d’yeux et d’oreilles est essentiel pour trouver les animaux et les personnes dont vous avez besoin pour y accéder.

Essayez la règle des tiers

Il s’agit d’une simple règle de composition, mais ce n’est pas pour rien que la règle des tiers est si célèbre. Essayez d’incorporer cette technique dans votre travail pour mieux équilibrer vos images.

En divisant votre scène en tiers, vous devriez placer des points d’intérêt à l’une des intersections.

En règle générale, votre animal regarde dans le vide. Vous éviterez ainsi qu’il soit coincé contre le bord du cadre, ce qui peut être désagréable.

Bien sûr, les règles sont faites pour être transgressées. Mais c’est un grand principe de la photographie animalière pour les débutants.

En savoir plus : Comment utiliser la règle des tiers pour obtenir de meilleures photos ?

Consacrez le temps nécessaire

Il n’est pas exagéré de dire que la photographie d’animaux sauvages exige une grande patience. Il est important d’y consacrer le temps et l’énergie nécessaires.

Souvent, cela signifie qu’il faut être sur le terrain dès l’aube. Si vous êtes déjà en position et que vous attendez les premières lueurs du jour, vous aurez plus de chances de voir des animaux, car votre arrivée ne les dérangera pas.

Si vous travaillez à partir d’une cache (ou d’un affût), envisagez d’attendre toute la journée. C’est-à-dire de l’aube au crépuscule !

Ou bien, arrivez bien avant le coucher du soleil afin d’être en position avant que les animaux ne fassent leur apparition.

Enfin, si vous n’obtenez pas de bons résultats le premier jour ? Réessayez ! Il est essentiel de revenir au même endroit plusieurs fois pour obtenir de bonnes photos.

Photographier à hauteur d’œil

Le fait de se mettre à hauteur d’œil de son sujet change radicalement l’impression que l’on a de l’image. C’est un conseil qui fera une différence immédiate dans votre travail.

Cela s’explique par le changement de perspective et par le fait que l’observateur se retrouve au niveau de l’animal. Votre image devient ainsi beaucoup plus attrayante et captivante.

En conclusion

La photographie animalière est un domaine en constante évolution et les styles changent aussi. Cela signifie que vous devrez adapter et perfectionner vos techniques tout au long de votre carrière, alors ne vous inquiétez pas de l’étape à laquelle vous vous trouvez actuellement.

Continuez à photographier et n’abandonnez pas ! La photographie d’animaux sauvages demande du temps et du dévouement, mais si vous avez de la patience, vous réussirez.

Et pendant que vous êtes ici, n’oubliez pas de télécharger mon Guide du débutant pour la photographie d’animaux sauvages, qui promet de donner un coup de fouet à votre photographie !

ebook-gratuit-photo

Inscrivez vous à notre newsletter !

Recevez notre guide pratique sur l'exposition et prenez votre appareil photo en main pour passez du mode automatique au mode manuel .